DES ÉCORCES, DE L’HERBE

559d2ec0728bc.jpg

Pour pousser, une plante a besoin principalement d’azote et d’eau, qu’elle puise dans le sol.

C’est la raison pour laquelle les vignerons apportent à leurs vignes des engrais organiques ou minéraux, ou des amendements à base d’écorces qui, une fois dégradés et minéralisés par des micro-organismes, fournissent les éléments assimilables par la plante.

Chez Bollinger, les engrais minéraux ont été abandonnés progressivement, et l’utilisation d’amendements tend à se restreindre au fil du temps. Désormais, on enherbe la terre pour lui permettre de s’aérer, de se ré-oxygéner et de se revivifier à son rythme, sans forcer la nature. Sur plus de deux tiers du vignoble, l’herbe a été choisie comme le meilleur moyen d’éviter l’érosion et d’offrir à la vigne les conditions les plus respectueuses de l’environnement pour donner le meilleur d’elle-même. Sur la surface restante, souvent trop pentue pour que l’enherbement ne présente pas un vrai danger pour la circulation des tracteurs, et pour que la terre puisse retenir l’eau, les écorces d’épicéas et de peupliers continuent d’assurer la stabilité du sol ainsi que sa richesse nutritive.

Maîtriser les rendements de la façon la plus naturelle possible, dans le souci absolu de la vigne, afin d’obtenir une qualité de raisin irréprochable, tel est le leitmotiv d’hier, d’aujourd’hui et de demain, de la Maison Bollinger.