UNE GRANDE IDÉE

55aceded1eb66.jpg

Après des années de vieillissement sur lies – horizontalement –, puis sur pointe – tête en bas –, les vins de Champagne doivent être dégorgés : on débouche les bouteilles pour en expulser le dépôt, amassé dans le goulot.

L’apport subit d’oxygène provoque une explosion des arômes développés lors du long séjour en cave. Il faut alors compléter le contenu de la bouteille avec une « liqueur d’expédition », plus ou moins concentrée en sucre de canne, puis la reboucher pour la laisser reposer à nouveau, afin que le vin puisse parfaire ses arômes.

Mais pourquoi ne pas permettre aux amateurs éclairés de partager ce moment si particulier où le vin, récemment dégorgé, offre une extraordinaire fraîcheur et une expression exceptionnelle des arômes secondaires et tertiaires ? C’est l’idée généreuse et audacieuse de Madame Bollinger, qui décide de lancer, en 1967, le premier Bollinger R.D. (Récemment Dégorgé) : un vin unique, vieilli au moins huit ans, auquel on ajoute une liqueur d’expédition très faiblement dosée, afin de ne pas perturber cette fraîcheur d’arômes si particulière. Un vin que l’on peut consommer presque immédiatement après son dégorgement : une petite révolution dans le monde du champagne !

Depuis, les amateurs ont appris à déguster Bollinger R.D. Certains aiment le boire au plus près de la date de dégorgement – toujours indiquée sur l’étiquette – comme le précieux cadeau imaginé par Madame Bollinger. D’autres, au contraire, préfèrent le faire vieillir encore et laisser le temps transformer, à l’infini, ses arômes.